.

EAP et CP

Selon le Concile Vatican II, l'Eglise, peuple de Dieu, est l'affaire de tous les baptisés. Tous, au titre de leur baptême, sont partenaires de la mission. Chaque membre a une égale dignité. En tant que telle, l'Eglise se veut en quelque sorte sacrement du Christ, c'est-à-dire à la fois signe et moyen de l'union intime avec Dieu et de l'unité de tout le genre humain. Le Concile invite donc à passer résolument d'une Eglise qui jadis reposait sur le seul clergé à une Eglise qui repose sur la responsabilité de tous, dans la diversité et la complémentarité des charismes et des vocations de chacun.

C'est dans cette optique qu'il faut situer le récent synode diocésain, et les nouvelles orientations pastorales prises par notre évêque et ses collaborateurs.

Qu’on les appelle "paroisses" ou "clochers", la vie des communautés locales ne se limite pas à ouvrir un lieu de culte pour y assurer une messe dominicale. Ces communautés doivent être signe de la présence aimante du Christ, là où elles se trouvent ; ceci implique un ancrage dans la vie locale bien plus large et plus profond qu’au travers d’une minorité de "célébrants" réguliers (improprement appelés "pratiquants").

La mission écclésiale en tant que telle comprend deux pôles : un pôle "ministériel" et un pôle "synodal".

L'EAP (Equipe d’Animation Pastorale) est constituée de prêtres et de laïcs choisis par l'Evêque et "envoyés en mission" pour un mandat de trois ans, lors d'une célébration spéciale présidée par l'Evêque ou son représentant.

Par sa taille réduite et sa nature "ministérielle", l'EAP a pour mission de conseiller et d’assister le curé dans certaines de ses tâches, mais ne peut mener à bien tous les projets, même si elle les propose et les porte.

C’est la raison pour laquelle notre évêque a proposé de constituer des CP (Conseils Pastoraux), rassemblant les acteurs de terrain, connaissant bien la paroisse et ses "clochers", leurs besoins, leurs richesses et leurs pauvretés (matérielles comme spirituelles), et capables d’y faire vivre l’amour du Christ.

Constitués de membres désignés par les "forces vives" (et non par l’évêque, comme les membres des EAP), ces Conseils Pastoraux constituent le "pôle synodal" de nos paroisses : lieux de discussion plutôt que de décision, leur constitution et leur fonctionnement est évidemment régi par quelques règles administratives, mais ils doivent être centrés sur l’écoute, le respect, l’attention aux autres ; loin de tout "lobbying", ils doivent reconnaître ce qui est important pour les paroissiens et permettre la mise en place d’initiatives qui font vivre la communauté.